Sélectionner une page
APRES TWITTER ET FACEBOOK, PINTEREST SE LANCE DANS LE E-COMMERCE

APRES TWITTER ET FACEBOOK, PINTEREST SE LANCE DANS LE E-COMMERCE

Pinterest_on_Android

Un article intéressant de Challenge.fr sur l’évolution de Pinterest. Ce réseau social atypique grandit de jour en jour et commence à s’imposer parmi les grands. L’innovation proposée, à savoir un bouton d’achat, pourrait bien être décisive dans son évolution et pour le coup se prête bien plus à sa nature que Facebook et Twitter, tous les deux aussi sur les starting-block du e-commerce.

Avec son projet de bouton “acheter”, Pinterest pourrait bien se transformer en “galerie marchande géante”. Explications.

A la croisée du réseau social et du moteur de recherche, Pinterest, l’application qui permet d'”épingler” des photos sur ses centres d’intérêt, est en train de s’imposer comme un des poids-lourds du web, selon les spécialistes qui voient en elle un futur géant du e-commerce.

Préparer la décoration de son mariage, repérer sa future armoire ou trouver la maison de ses prochaines vacances ? Les internautes peuvent trouver la réponse en sélectionnant les images glanées sur la plateforme.

Pinterest, sorte de pêle-mêle numérique né en 2010 en Californie dans la tête de Ben Silbermann, Evan Sharp et Paul Sciarra, refuse d’être considérée comme un réseau social.

“Les gens, surtout à l’étranger où nous ne sommes pas encore aussi connus qu’aux Etats-Unis, nous voient comme un réseau social mais c’est inexact. Dans mon esprit, nous sommes plutôt un moteur de recherche”, a expliqué à l’AFP Evan Sharp, de passage à Paris mercredi.

“Faire découvrir de nouvelles idées”

“C’est un espace personnel, il s’agit de sauvegarder des idées pour sa propre vie. La plupart des réseaux sociaux veulent que vous passiez un maximum de temps sur leurs applications, c’est en quelque sorte de là qu’ils tirent de la valeur. Nous sommes très différents, notre but est de (…) faire découvrir de nouvelles idées mais aussi d’inciter à les accomplir dans la vraie vie”, a-t-il résumé.

Bien moins fréquentée que Facebook, Twitter ou Instagram, Pinterest refuse de divulguer son nombre d’utilisateurs. Rien qu’aux Etats-Unis, la société Comscore les estimaient en janvier à 75,8 millions, soit 37% de plus qu’un an plus tôt.

Une croissance qui lui vaut d’être surveillée comme le lait sur le feu par les analystes et les investisseurs.

Ainsi, le Wall Street Journal indiquait il y a quelques jours que le réseau social discutait d’une nouvelle levée de 500 millions de dollars, ce qui ferait grimper sa valorisation à quelque 11 milliards de dollars contre 5 milliards de dollars en mai 2014.

L’objet de toutes ces attentions ? Un projet de bouton “acheter”, selon des sites spécialisés comme Re/code, qui ferait basculer Pinterest dans le e-commerce.

 ‘Comme dans un centre commercial’

“Pinterest est particulier car les gens viennent y découvrir des produits, comme dans un centre commercial. Si on va dans un centre commercial, c’est qu’on a l’idée d’acheter. Ce bouton, c’est une piste logique et pertinente”, décrypte Matthias Berahya-Lazarus, expert distribution et patron de Bonial, société de catalogues numériques.

Pinterest est moins fréquenté que Facebook ou Twitter mais moins éphémère, résume-t-il, en référence aux études sur la durée de vie d’une image épinglée sur Pinterest, qui serait bien supérieure à celle d’une publication sur Facebook ou Twitter.

Mais Pinterest ne veut pas aller trop vite. “Si nous le faisons (le bouton “acheter”), nous voudrions le faire très bien”, explique Evan Sharp.

A ceux qui voient déjà Pinterest comme le futur concurrent d’Amazon, il répond que le colosse du e-commerce mise “sur le prix et la vitesse”. “Nous, c’est sur la découverte et l’utilité. Nous sommes très différents”.

Du côté des marques, parfois perdues face à la multiplicité des réseaux sociaux pour faire de la publicité, on temporise.

“Aller sur Pinterest ou pas, c’est vraiment selon les objectifs, les clients (visés par) la marque et le budget associé”, résume Safia Ouaissa, de l’agence de publicité We Are Social.

Attirer les clients

Toutefois, sans faire encore de pub sur ce site, un grand nombre de marques y épinglent déjà des photos de leurs produits pour attirer les clients.

La start-up, elle, ne veut pas que la publicité envahisse le site au détriment de la fluidité de navigation.

Pinterest, qui compte quelque 500 salariés et a des bureaux à Londres, Paris, Berlin, Tokyo et Sao Paulo, a néanmoins commencé à dégager des revenus l’année dernière en s’ouvrant un peu à la pub, sous la forme de contenus sponsorisés par des annonceurs, à l’instar de Facebook ou Twitter.

“On a travaillé avec Target, Kraft Foods et d’autres très grandes marques aux Etats-Unis”, explique Evan Sharp qui entend proposer un modèle alternatif aux campagnes classiques.

Sources :
Challenges : Comment Pinterest peut devenir un champion du e-commerce.
APRES TWITTER ET FACEBOOK, PINTEREST SE LANCE DANS LE E-COMMERCE

ASTUCES : DONNEZ UNE NOUVELLE DIMENSION A VOS EVENEMENTS

1024px-Social-media-for-public-relations1Le retour des infographies, après une longue absence, avec cette fois ci les clefs pour promouvoir vos événements via les réseaux sociaux. Jermey Taylor de SocialMediaToday nous livre une synthèse de l’infographie issue du défunt blog Eventility. Je m’y attèle à mon tour avec une libre interprétation. Comme d’habitude, vous trouverez le lien de l’article originel en bas de page.

Les médias sociaux sont une arme précieuse dans l’arsenal de tout organisateur d’événement. Qu’il s’agisse d’une conférence, d’un séminaire, d’un concert, d’un événement sportif ou culturel, ou même d’une collecte de fonds, le social doit être au cœur de l’organisation et de la promotion de l’événement. Il doit même jouer un rôle essentiel en soutenant l’effort le jour même et maintenant le buzz longtemps encore après.

Une infographie de Eventility, une plateforme en ligne pour les organisateurs d’événements, aujourd’hui fermée, met en évidence 18 façons incroyablement facile à mettre en place.

Organiser un événement

1. Collaborez avec d’autres organisateurs d’événements
2. Collectez RSVP (Répondez S’il Vous Plaît), les réponses aux invitations
3. Impliquez les participants potentiels dans le processus d’organisation
4. Trouvez des fournisseurs ou prestataires utilisant les commentaires en ligne

Promouvoir un événement

5. Créez des annonces de l’événement sur les réseaux sociaux
6. Intégrez les médias sociaux dans l’enregistrement des réservations
7. Utilisez un hashtag
8. Créez des vidéos promotionnelles

Encourager l’engagement

9. Offrez des prix aux participants les plus engagés
10. Diffusez en direct l’événement en ligne pour atteindre un public mondial
11. Utilisez Twitter et les hashtags pour amplifier le partage
12. Encouragez les participants à afficher l’avancement à différents stades du projet
13. Apporter un suivi et des réponses à votre clientèle

Donner une seconde vie à l’événement

14. Ajoutez des vidéos sur YouTube
15. Partagez des articles et écrivez des messages sur le blog
16. Rassemblez des photos et présentez votre travail sur Pinterest
17. Suivez le buzz et utilisez le pour recueillir des commentaires
18. Gardez votre communauté web engagé toute l’année

En utilisant ces conseils simples, les organisateurs d’événements peuvent donner de la visibilité à leurs événements, touchant un public plus large, améliorant l’expérience des participants et la fidélité des clients.

4 ways to use social media to boost events

Sources:
18 Ways to Use Social Media for Events [INFOGRAPHIC] | Social Media Today.
PINTEREST OU GOOGLE+ ? LES EXPERTS ONT LA PAROLE

PINTEREST OU GOOGLE+ ? LES EXPERTS ONT LA PAROLE

Pinterest   Google

Dans le cadre de la sélection d’un réseau social pour le blog d’Over-Graph.com, deux experts en communication des marques ont été interrogés sur les points forts et les points fables de leurs favoris : Google+ et Pintesrest. Une analyse très intéressante à lire pour décrypter le fonctionnement de ces deux réseaux encore trop méconnus.

Nous accueillons sur le blog, Laura Manach et Christian Radmilovitch, respectivement experts en communication des Marques sur Google+ et Pinterest.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Laura :
“Je suis Laura, Community Manager depuis 3 ans. J’ai travaillé pour le Stade de France, la Fnac, une petite agence de communication, Havas Productions, une application américaine… Et je suis aujourd’hui Community Manager pour une startup qui produit un objet connecté, MyBiody Balance. J’adore ce métier, qui est en constante évolution, et dont les fonctions et les attentes changent d’une entreprise à une autre.”

Christian :
“J’ai commencé en 1999 dans l’e-commerce avant de travailler principalement en agences et aujourd’hui à mon compte pour conseiller et accompagner les marques et entreprises à prendre la mesure de leur transition digitale. J’ai aujourd’hui 3 activités principales : conseil et direction de projet, formation des entreprises et en écoles, conférencier.”

Pouvez-vous présenter votre réseau social préféré en une phrase ?

Laura :
“Google+ est l’endroit parfait pour partager et communiquer autour de sa passion !”

google-plus-LauraManach
Christian :
“C’est une plateforme à la croisée des chemins entre un réseau social, un moteur de recherche et une place de marché social commerce.”

pinterest-radmilovePourquoi est-il, selon vous, indispensable pour la communication des marques aujourd’hui?

Laura :
“S’il ne l’est pas aujourd’hui, il le devient de plus en plus. Quand on regarde le paysage des réseaux sociaux aujourd’hui, toutes les plus grandes plateformes proposent désormais des offres publicitaires pour les annonceurs, y compris Pinterest récemment. Ce n’est pas le cas avec Google+. C’est une plateforme social où le Community Manager devra s’investir, trouver son ton. Mais c’est aussi une opportunité pour les marques françaises de se faire entendre sur cette plateforme, vu qu’elle n’est pas encore très utilisée. Et pourtant le nombre d’utilisateurs ne cesse d’augmenter !”

Christian :
“Pour plusieurs raisons que je vais lister. Tout d’abord, parce que Pinterest remplit les 3 fonctions que j’ai évoquées ci-dessus. Il est assez facile d’identifier si une marque, un produit, un service, un secteur d’activité ou un site est populaire sur la plateforme. Je les invite d’ailleurs à lire ma publication pour en savoir plus : “Votre marque est-elle Pinteresting ?”. C’est un réseau social qui permet de raconter des histoires à une audience captive et sous plusieurs formats : photos, vidéos, gifs, illustrations, citations…  Au-delà de l’image de marque, Pinterest est reconnu comme un levier de plus en plus incontournable pour générer des ventes, que ce soit en ligne ou en magasin. Si on utilise les bonnes pratiques, le réseau social a un véritable impact sur le référencement naturel d’une marque. Comme l’usage repose beaucoup sur la planification d’actions futures des utilisateurs, cela permet également aux marques d’identifier et d’anticiper les attentes et les besoins de leur audience. C’est quasiment le seul réseau social que je connaisse qui permet de sortir du cadre d’une communication traditionnelle, dans la mesure où les utilisateurs suivent principalement des centres d’intérêt, donc des tableaux, ainsi que des comptes. Les marques ne sont donc pas obligées d’avoir une ligne éditoriale figée. Dernière raison, et non des moindres, c’est le réseau social qui a le plus progressé en 2014 en termes de nouveaux membres et d’utilisateurs actifs, d’autant que la gente masculine y est de plus en plus présente.”

Pour quels types d’entreprise ?

Laura :
“Au départ, les utilisateurs de Google+ étaient en majorité masculins et geeks : beaucoup de personnes qui travaillent dans les domaines informatiques notamment. Aujourd’hui il existe de plus en plus de types d’utilisateurs, et de plus en plus de femmes qui semblent apprécier le système des communautés. Les entreprises qui ciblent donc cette catégorie devraient pouvoir s’y retrouver. Mais celles qui vendent à l’international également : j’ai remarqué que mes posts rédigés en anglais, avec les bons hashtags, recevaient beaucoup plus d’engagement.”

Christian :
“Toutes les entreprises peuvent être concernées, mais il faut admettre que certains secteurs d’activité sont plus présents et populaires que d’autres, comme la gastronomie, la mode, la décoration d’intérieur, les voyages, la mode, les loisirs créatifs ou encore le mariage. Avec une particularité en plus pour la France : l’art sous toutes ses formes.”

En quelques lignes, quelles différences faites-vous entre “votre” réseau social et Facebook ou Twitter pour la stratégie de communication des marques ?

Laura :
“Pour réussir sur Google+, il ne faut plus compter sur l’aide de la publicité pour faire connaître sa page : il faudra donc être audacieux et apprendre les « codes » de cette plateforme avant de se lancer. A éviter absolument : faire du flux RSS et recopier mot pour mot ses posts Facebook. Le cross-post entre Twitter ou Facebook passe encore plutôt bien, mais sur Google+ il sera très mal perçu (surtout si vous mettez une illustration souhaitant la bienvenue sur la page Facebook) !”

Christian :
“De mon point de vue, en ajoutant dans cette liste Instagram, Google+ et Youtube, il est difficile de les comparer, tant les usages, les objectifs, les outils, les cibles diffèrent assez fortement. Cependant, j’y vois 2 différences majeures qui font la particularité de Pinterest. Contrairement aux autres réseaux sociaux, Pinterest ne crée pas du lien entre les individus, mais plutôt entre les centres d’intérêts, les passions de ses utilisateurs. Quand Facebook est plutôt positionné dans le passé, Twitter et Instagram dans le présent, voire le temps réel, Pinterest, de par l’usage, se place dans le futur. En clair, les utilisateurs s’inspirent et planifient avant de passer à l’action dans un futur plus ou moins proche.“

Quelles fonctionnalités utilisez-vous quotidiennement ?

Laura :
“Sur mon compte perso, les “Hangouts”, l’édition de photos, les communautés, les événements. Sur mes pages pro : les sondages (qui sont depuis quelques semaines intégrées à Google+ et ne passent plus forcément par Drive), les communautés quand cela est pertinent, les “Hangouts on air” (il faut cependant avoir du matériel audio et vidéo de qualité ainsi qu’un sujet intéressant à proposer), les gifs (qui sont visibles sans avoir à cliquer dessus, ce qui fait avec Tumblr l’un des rares réseaux sociaux où on peut les utiliser et où ils génèrent beaucoup d’engagement).”

Christian :
“Les boutons de partage « Pin it », le widget navigateur quand il n’y a pas de bouton, les repins évidemment, les hashtags avec parcimonie, et bien sûr l’outil statistique de Pinterest.”

Utilisez-vous des outils tiers ? Si oui, pour combler quel vide chez “votre” réseau ?

Laura :
“J’utilise CircleCount depuis le début. Au départ il n’y avait pas d’outils d’analyse de performances des Pages, on devait donc passer par un tiers. Les analytics sont aujourd’hui intégrées, mais restent un peu trop basiques à mon goût. “

Christian :
“J’en utilise un en particulier, Tailwind, c’est le plus complet, d’autant qu’il fait partie des PMD (Pinterest MarTech Developers). Il permet, entre autres, d’avoir une gestion multi-comptes, de programmer les publications, d’identifier les ambassadeurs et influenceurs de la marque ou encore de faire du benchmarking. Il m’arrive également d’en utiliser un autre, mais qui ne fait pas partie des partenaires de Pinterest, à savoir Pingroupie. Je trouve que c’est un outil sympa, car il permet d’identifier les tableaux collaboratifs les plus influents et/ou populaires en fonction des catégories ou thématiques qui nous intéressent le plus.”

Quelles nouvelles fonctionnalités, pas encore présentes sur “votre réseau”, auriez-vous besoin de trouver dans Over-Graph ?

Laura :
“Il serait intéressant de pouvoir éditer son texte à publier depuis Over-Graph avec le formatage proposé par G+ : le gras, l’italique, le texte barré… Cela montrerait qu’on ne fait pas que du « cross-post » et que l’on a compris l’importance d’être présent sur Google+.”

Christian :
“Principalement 2, que j’ai finalement déjà évoquées : la gestion multi-comptes, très utile quand on doit gérer plusieurs clients, ce qui est impossible à faire, pour l’instant, sur Pinterest, que ce soit sur la plateforme web ou les Apps pour smartphones et tablettes.  L’identification des ambassadeurs (les abonnés les plus actifs d’une marque) et influenceurs (les abonnés les plus populaires, générant un fort engagement en termes de repins, likes et clics) d’un compte, avec la possibilité de compiler ces 2 indicateurs.”

Merci à nos 2 experts pour leurs réponses, ils nous ont montré que Google+ et Pinterest sont des réseaux sociaux à part entière avec des caractéristiques propres à chacun et où les marques peuvent s’investir pour remplir leur différents objectifs.

Sources:
http://blog.over-graph.com/pinterest-ou-google-dans-over-graph-les-experts-ont-la-parole/
APRES TWITTER ET FACEBOOK, PINTEREST SE LANCE DANS LE E-COMMERCE

ASTUCE : CHOISISSEZ BIEN CHOISIR VOTRE PSEUDO

Check Username

Un prénom, c’est pour la vie et le choix est très important pour les parents… un pseudo pour une vie numérique est tout aussi important ! Une astuce brillante et révélatrice de Korben.

Vous vous traînez le pseudo de Tipioupiou63 ou de SuperDarkKiller59 sur la toile depuis trop longtemps ? Vous voulez vous refaire une identité numérique complète en choisissant un pseudo qui vous ressemble un peu plus, mais vous ne savez pas quoi choisir, car tout est déjà pris ?

Facebook, Instagram, Twitter, Youtube, eBay et j’en passe, il vous les faut tous ! Alors voici un service qui s’appelle NameChk qui va vous permettre de vérifier la disponibilité de n’importe quel pseudo sur 157 services.

Je me dis que ça peut aussi service à des sociétés qui cherchent à trouver le bon nom pour apparaitre partout de manière unifiée.

À tester ici. (Notez qu’une application iOS est aussi disponible)

Sources :
Choisissez bien votre pseudo.
APRES TWITTER ET FACEBOOK, PINTEREST SE LANCE DANS LE E-COMMERCE

ENSEMBLES DEGOOGLISONS NOTRE INTERNET !

GoocarteUne initiative à soutenir !

Framasoft travaille activement pour changer l’accès à l’informatique et à la technologie en la rendant libre, gratuite et simple. On pourrait parler des logiciels portables accessible sans installation depuis une clef USB et maintenant depuis le Cloud, des frères de la suite Adobe tels que Gimp, Inkscape ou encore Scribus ou libreOffice la déclinaison d’OpenOffice. Il y a bien des actions et celle-ci est un challenge qui nécessite que nous ne soyons pas que de simples consommateurs, mais des acteurs.

Le pari est lancé ! Créons une alternative libre, décentralisé, éthique et solidaire d’Internet.

Rendez-vous sur Dégooglisons Internet.